Un projet peut en cacher un autre …

C’est l’histoire d’un petit projet immobilier conçu en 2008 et dont le chantier s’était interrompu la même année après l’exécution des terrassements généraux … le programme d’habitat a finalement été modifié 9 ans plus tard, début 2017, entraînant la poursuite des travaux qui a débouché sur la livraison du bien en novembre 2018 …

Un particulier me contacte pour la construction d’un parc de stationnement …

Fin janvier 2008, un particulier me contacte et m’explique qu’il désire réaliser un parc de stationnement afin de parquer ses véhicules et ses motocyclettes , en un lieu sûr, sur un « terrain traversant » avec deux alignements opposés, situé dans un lotissement résidentiel et dont il a fait l’acquisition spécialement à cet effet.
Lui-même et son épouse résident dans une maison d’habitation dont le terrain jouxte la voirie délimitant ledit lotissement et il n’y a qu’à traverser la rue pour se rendre sur ce fameux terrain !

Mais le règlement du lotissement s’oppose à la création d’un parc de stationnement couvert sans logement !

Je lui précise d’emblée que le règlement du lotissement ne permet pas l’édification d’un parc de stationnement sans la création d’une maison d’habitation !
Qu’importe ! mon client ( le maître d’ouvrage ), chef d’entreprise, est pressé et donne son accord pour un projet de construction d’une maison d’habitation comportant deux logements et un parc de stationnement pour cinq véhicules .

Et nous voilà partis pour construire, dans la hâte, un immeuble collectif résidentiel de deux logements surmontant un parc de stationnement accessible !

Les études vont bon train, le permis de construire est obtenu en juin 2008, les travaux de terrassements généraux sont exécutés dans la foulée, le marché de travaux de gros œuvre de béton armé et de maçonnerie est signé avec l’entreprise ; mais subitement, début août 2008, sans coup férir, de retour d’un voyage d’affaires en Iran et en Chine, mon client m’annonce la venue d’une « crise économique sans précédent dans le monde » et qu’il préfère mettre fin momentanément à son projet de construction .

C’est alors que débute une longue période d’attente et de doute …

Nous nous entendons sur un paiement en solde d’honoraires pour les prestations de maîtrise d’œuvre menées jusqu’à cet ordre de mettre fin à ma mission et puis plus rien … et ceci… jusqu’à la réapparition de mon client en janvier 2017 !

Puis un jour de janvier 2017, ce projet immobilier est nouveau à l’ordre du jour …

Relancé, retravaillé en profondeur en vue de créer cette fois-ci deux maisons individuelles accolées au-dessus du niveau du rez-de-chaussée abritant le parc de stationnement doté d’une portée libre de 11,00 m entre appuis et donc sans ligne d’appui intermédiaire … les accès au parc de stationnement sont conservés, le corps central du bâtiment également mais les accès aux maisons accolées sont modifiés en conséquence …

Courte description du projet architectural

C’est une construction établie sur trois niveaux, le niveau rez-de-chaussée de chacune des maisons abritant une place de parking .
La partie centrale du bâtiment abrite le parc de stationnement pour 4 véhicules et 4 motocyclettes .
La volumétrie du bâtiment est constituée principalement d’un corps de bâti principal avec une toiture en bâtière surmontée – à proximité des lignes d’intersection des toitures secondaires – de trois lucarnes “Jacobine” .
La composition étagée des corps de bâtiment secondaires en front des rues de desserte des parcelles, vient fragmenter la perception unitaire du corps de bâtiment principal dont la hauteur, plus conséquente, ne s’exprime réellement qu’au milieu de la parcelle.
La composition fragmentée des façades et des toitures permet de respecter “ l’échelle domestique ” du lieu, c’est-à-dire la mise en relation de “ l’architecture résidentielle “ avec ses espaces non bâtis.

C’est ainsi que le permis de construire est obtenu en juin 2017 et que le chantier a été achevé en octobre 2018 !
Plus de dix années entre le premier coup de pioche et la livraison du bien immobilier ont été nécessaires pour réaliser ce bien immobilier de placement, suite à la crise financière et économique mondiale de 2008 !

A n’en pas douter, une histoire singulière de maîtrise d’œuvre où l’exercice de la profession d’architecte laisse entrevoir d’improbables rebondissements, où les espaces à appréhender par le concepteur ne sont figés que lorsque l’exécution des ouvrages, la mise en œuvre des matériaux et systèmes est effective, où la perspicacité et la ténacité du client sont louables et où la capacité d’adaptation de l’Architecte d’Aujourd’hui a été la bienvenue !

Partagez le:

Votre question ou commentaire